Ghislaine Bousquet

Coach, thérapeute, mentor… Comment s’y retrouver?

20 avril 2020

Le terme «coaching» est largement utilisé dans le langage courant. Il semble pouvoir désigner aussi bien l’activité d’un commercial que d’un entraîneur sportif. Tout est coaching aujourd’hui, alors existe-t-il un vrai et un faux coaching, un bon ou un mauvais?

Autant le coaching est indéniablement une profession, autant il souffre d’une absence de reconnaissance due en grande partie à la possibilité pour toute personne de se décréter coach et de pratiquer. C’est pourquoi des fédérations professionnelles ont été créées afin de mettre en œuvre des balises professionnelles de certification. Pour être considéré, un coach doit avoir suivi une formation spécifique et il doit pouvoir présenter une certification professionnelle.

ICF international a été fondé en 1995 et son objectif est de construire et soutenir la profession de coaching afin de préserver son intégrité en définissant une charte déontologique que les adhérents s’engagent à respecter. Des standards professionnels élevés et reconnus dans le monde entier.

Qui doit-on consulter, un psychologue ou un coach? Et qu’est-ce qui distingue le coaching de la thérapie?

La thérapie traite la souffrance et la détresse psychologique de personnes souvent incapables d’avancer par elles-mêmes vers la résolution de leurs problématiques, par exemple dans le cas d’un épuisement professionnel, un trouble d’anxiété, etc.

En contrepartie, le coaching orienté solutions s’adresse à des personnes dont la santé mentale n’est pas affectée, leur permettant ainsi de profiter pleinement de la démarche en les propulsant dans l’action en alignement avec un objectif SMART. «La posture de coach est une démarche en accompagnement permettant au coaché de trouver ses propres solutions et de tirer des enseignements de son expérience favorisant ainsi son autonomie.»

Les 11 compétences essentielles en coaching ont été développées par ICF afin d’assurer une meilleure compréhension des habiletés et des approches employées aujourd’hui par les professionnels du coaching. C’est sur ces compétences que le processus de certification de l’ICF est basé, celles-ci sont fondamentales et doivent absolument être maîtrisées par tout coach compétent.

BÂTIR LES FONDATIONS

  1. Respecter les directives éthiques et les normes professionnelles
  2. Établir le contrat de coaching

CO-CRÉER LA RELATION AVEC LE CLIENT

  1. Construire un climat fondé sur la confiance et le respect
  2. Établir la présence du coach

COMMUNIQUER EFFICACEMENT

  1. L’écoute active
  2. Le questionnement puissant
  3. Pratiquer une communication directe

FACILITER L’APPRENTISSAGE ET LA RÉUSSITE

  1. Élargir la conscience du client
  2. Concevoir des actions
  3. Planifier et établir des objectifs
  4. Gérer les progrès et la responsabilité

 

Comment s’y retrouver?

En conclusion, le savoir-faire du coach consiste à accompagner sans orienter. Le coaching est une profession en émergence qui a sa place au sein des organisations, en soutenant des personnes s’interrogeant sur leurs actions, le sens de leur contribution pour eux-mêmes et pour le collectif. Le coaching favorise l’abandon des routines comportementales obsolètes et apporte une dynamique d’apprentissage organisationnel.

Voici un tableau synthèse des différentes postures et leurs différences

Sources : Livre «Le coaching en entreprise» de Martine Brasseur, éditions Dunod, ICF Québec

Retour
×

Inscrivez-vous à l’infolettre

Restez informés en reçevant du contenu exclusif, des nouvelles et événements